Présentation générale

Le Collège François-Xavier Vogt est un établissement privé catholique de l’Archidiocèse de Yaoundé. Il accueille les élèves de toute confession religieuse qui désirent se former intellectuellement et s’éduquer à l’école de la morale chrétienne.

2700 élèves de la 6ème aux classes préparatoires reçoivent chaque année au sein de l’établissement une formation complète de qualité qui leur permettra d’exercer à l’âge adulte de multiples responsabilités dans la société.

Un internat de 200 places est ouvert aux garçons de la 6ème à la terminale.

UN MILIEU ÉDUCATIF FAVORABLE A LA RÉUSSITE SCOLAIRE ET A L’ÉPANOUISSEMENT PERSONNEL

Le collège Vogt propose un milieu éducatif favorable à la formation intégrale des enfants et adolescents, de façon à ce qu’ils soient bien préparés à la vie et qu’ils deviennent des hommes honnêtes, efficaces et consciencieux au service du pays et de son développement.

Le projet d’établissement s’articule autour des axes suivants :

  • Former l’homme dans sa manière d’être personnelle et communautaire au service de chacun et de la société avec une éducation à l’amour de son pays, au respect des aînés, à la prise en charge personnelle de la discipline et des études, à la responsabilité communautaire au sein des comités de classe, à l’amitié.
  • Former l’homme dans ses compétences intellectuelles, pratiques et professionnelles futures en transmettant des savoirs, des méthodes de travail, en dispensant une formation de raisonnement, de la réflexion, de la communication.
  • Former l’enfant de Dieu à sa vie de Foi et d’engagement dans l’Église et le monde, au service de l’Évangile : transmettre le donné de la Foi et la connaissance de ce qu’est la vie chrétienne, faire découvrir la différence religieuse pour apprendre à vivre dans le respect des autres religions et la fidélité à sa foi chrétienne.

HISTORIQUE

Le Collège Vogt a été fondé en 1947 à Efok à six kilomètres d’Obala par les frères des écoles chrétiennes, et a été transféré à la colline de Mvolyé entre 1951 et 1953. L’ouverture du Collège Vogt a été sanctionnée par l’arrêté officiel n° 4062 du 30 octobre 1950, en conformité avec les règlements en vigueur au Cameroun sous tutelle française. Les frères des écoles chrétiennes auront la direction de l’établissement jusqu’en juin 1972, date après laquelle ils remirent la responsabilité à l’Archidiocèse de Yaoundé, ayant produit les premiers bacheliers en 1957. Ci-contre, photo du 1er bâtiment en 1954.

Les frères de St Jean,  qui dirigent actuellement le collège, sont arrivés en 1985. Pour plus de détails,

La fondation du Collège VOGT

C’est à la rentrée du mois d’octobre 1947 que commença l’histoire du collège VOGT à Efok, à six kilomètres d’Obala, présentement sur la route bitumée qui relie Yaoundé à Bafia. Sur le territoire de la mission d’Efok, des bâtiments existaient déjà, construits en 1934 pour les Filles de Marie qui avaient déménagé par la suite à Mimetala, plus proche de Yaoundé. Quelques classes du petit séminaire avaient occupé provisoirement ces bâtiments à partir de 1942, en attendant que la construction du séminaire d’Akono fût terminée. VOGT démarra  donc à Efok et y progresse pendant cinq ans.La première équipe professorale comprenait M. l’Abbé DANNEL ; MM. MAZIERES et CHAPOY et deux grands séminaristes stagiaires. Tous les élèves étaient internes. Ils avaient été recrutés sur concours, l’un avait eu lieu à Mvolyé, Yaoundé. Le Père DELAVILLE, Spiritain qui fut directeur ultérieurement de 1950 à 1952, se souvient d’avoir effectué des tournées de recrutement à Sangmélima, Douala, Makak, pour faire connaître le collège Vogt.

Un arrêté officiel n° 4062 du 30 octobre 1950 sanctionna l’ouverture du collège Vogt d’Efok, en conformité avec les règlements en vigueur au Cameroun sous tutelle française. Cela donna aux élèves de bénéficier de l’attribution de bourses d’étude. Et le 16 novembre 1950, le père DELAVILLE, directeur, se rendit à Yaoundé pour participer à la deuxième Commission des bourses. Vingt-six bourses furent attribuées et réparties entre trente-trois élèves. Deux autres bourses s’ajoutèrent deux jours plus tard.

Le 6 mars 1951, le F. NIVARD-Anselme, assistant du supérieur Général des Frères des écoles chrétiennes, visita le collège et annonça la venue de trois frères pour la prochaine rentrée scolaire. Le 11 mai, une lettre annonce à la direction du Collège que les trois frères iraient à Mvolyé et non à Efok.

A la rentrée de 1951, on a procédé à l’extension de VOGT avec l’ouverture à Mvolyé d’une nouvelle section du collège confiée aux frères des écoles chrétiennes.

Cette section comportait uniquement les classes de sixième. Pendant l’année scolaire 51-52, VOGT comportait donc deux campus ; celui d’Efok qui réunissait les classes de cinquième, quatrième, troisième et seconde ; et celui de Mvolyé formé des classes de sixième uniquement.

En juillet 1952, la section de VOGT à Efok fut dissoute. Les élèves promus en cinquième et en quatrième  furent admis à Mvolyé. A la rentrée de Septembre 52, le collège comportait les quatre classes du premier cycle.

Aux trois frères fondateurs de la section de Mvolyé, s’ajoutèrent le Père DELAVILLE, le docteur SRAM, venus d’Efok et trois nouveaux frères.

Les constructions commencées à Mvolyé en 1950 se terminèrent en novembre 1954 avec la chapelle, œuvre du Frère Edmond, Spiritain.

Les premiers candidats se présentèrent au BACC première partie en juin 1956, les premièrs bacheliers sortirent en 1957.

Les frères des écoles chrétiennes assureront la direction de cet établissement jusqu’en juin 1972. Ils remirent alors la responsabilité du collège à l’Archidiocèse qui désigna comme premier directeur camerounais M. l’abbé François-Xavier AMARA. Les autres directeurs qui se sont succédés ont été des laïcs : ETOGA, E. BEKONO, M.A. MESSI.

Collège François Xavier Vogt 
Etablissement d »enseignement secondaire de référence au Cameroun, le collège François Xavier Vogt s »illustre depuis plus d’une décennie par la qualité de son enseignement et ses résultats scolaires. Il apparaît parmi les trois premiers établissements ayant les meilleurs résultats aux examens officiels selon l’Office du Bac du Cameroun. A l’excellence scolaire s’ajoute la formation humaine que reçoivent les élèves par le biais de la congrégation des frères de saint Jean.